Carnet de route

De Punta Arenas à El Calafate : le vent de Patagonie nous fait tourner la tête

En quittant le parc Torres del Paine, le ciel se découvre un peu et nous apercevons les Torres

Pour cette seconde étape de notre voyage, nous continuons notre remontée du sud de la Patagonie, toujours au Chili et pour finir en Argentine. Ce parcours nous amène à travers les plaines balayées par les vents forts en continu. C’est aussi la région du détroit de Magellan et de sa faune atypique, la terre des gauchos à cheval et de leurs troupeaux de moutons, celle des lacs et des parcs nationaux faisant la renommée des lieux.

Au programme : des pingouins, du vent, le Parc Torres del Paine, un glacier gigantesque et du vélo …


L’étape en bref

Les chiffres de l’étape

Distance471 km // Total = 811 km
Durée15 jours, dont 9 jours de vélo
Crevaisons / Casses0 🙂
Nuits6 nuits en camping
5 nuits en cabane abandonnée/autre lieu couvert
3 nuits en auberge (Punta Arenas)
2 nuits en bivouac

Le trajet

Nos coups de cœur

♥ Les colonies de pingouins du détroit de Magellan (mignons comme tout 😊)
♥ Le Parc Torres del Paine et la vue des célèbres tours surplombant un lac glaciaire
♥ L’imposant glacier Perito Moreno
♥ Rouler avec le vent dans le dos 😉


Nos aventures en détail

1. De Punta Arenas à Puerto Natales : repos, pingouins et vent de face

A Punta Arenas, nous profitons de deux jours de repos, à l’abri du vent dans une auberge. Nous allons voir les pingouins de Magellan, en bateau, sur une île du détroit du même nom. Sur cette île, c’est une colonie de 150 000 pingouins qui viennent se reproduire chaque année. Il y en a vraiment partout !
Le bateau fait un détour et nous passons près d’une autre île où se trouvent une colonie de lions de mer : ils sont énormes et les mâles rugissent vraiment comme des lions ! Le bateau n’accoste pas sur l’île mais on aurait pas vraiment eu envie de s’approcher de plus près de ces bêtes …

Les lions de mers, sur l'Isla Marta, détroit de Magellan
Un pingouin qui fait le beau, sur l'Isla Magdalena, détroit de Magellan
Tous à l'eau !

Nous reprenons ensuite la route et prévoyons de parcourir les 250 km qui séparent Punta Arenas de Puerto Natales en 5 jours : le vent est en effet défavorable et nous ne pensons pas pouvoir faire des étapes de plus de 50 km.
Pour notre premier jour de route, nous avons droit à 2h de pluie diluvienne l’après-midi : de quoi tester notre équipement imperméable 😉 Nous nous arrêtons après 50 km, au bord d’une lagune : il y a une maison qui semble en travaux et un papi à l’intérieur. Nous lui demandons si nous pouvons planter la tente à l’abri de sa maison. Il nous dit que nous serons bien mieux à l’intérieur et nous ouvre la porte d’un autre bâtiment en travaux aussi. Le lendemain, avant de repartir, il nous offre un café bien chaud et du pain qu’il a fait cuire lui-même dans sa cuisinière à bois. On ne peut pas faire plus authentique !

Les maisons de pêcheurs, Porvenir, Chili
Une épave, près de Punta Arenas, Chili

Le jour suivant, nous roulons toujours avec le vent de face. Nous nous arrêtons dans un petit village, Villa Tehuelches, où nous nous installons dans un abri de bus grand luxe pour la nuit.
Nous reprenons la route, et notre prochain arrêt se trouve encore 50 km plus au nord. Nous luttons toujours contre le vent… C’est dans une maison abandonnée que nous trouvons refuge pour la nuit. S’y trouve déjà 2 cyclistes, un mexicain et un sud-africain. Ce dernier voyage autour du monde en vélo depuis 7 ans ! Il était parti pour voyager 10 ans, mais pense aujourd’hui qu’il n’est qu’à la moitié de son voyage. Nous sommes vite rejoints par un couple de français. Notez que tous ces cyclistes voyagent dans l’autre sens ! D’un côté, ils sont une mine d’information pour nous, mais d’un autre côté, nous nous rendons compte que nous n’avançons pas vraiment ! Avec le vent dans le dos, ils font facilement des étapes de 100 km ! Vivement que le vent tourne 😉

Des belles fleurs, en Patagonie, près de Puerto Natales, Chili
Des moutons, près de Puerto Natales, Chili
Ca roule en Patagonie ?

Au réveil, le vent est déjà fort : nous roulons pendant 20 km mais nous nous arrêtons épuisés après 3h de lutte. Nous finissons finalement cette étape en stop …
Nous arrivons donc à Puerto Natales, petite ville de 20 000 habitants, repaire de voyageurs, car c’est d’ici que s’organisent les excursions pour le Parc Torres del Paine. Nous campons dans le jardin d’une auberge de jeunesse et profitons de la cuisine pour manger des légumes (car oui, notre régime de route est plutôt riz-pâtes-pâtes-riz que ratatouille !).

2. Le Parc National Torres del Paine

Le Parc National Torres del Paine est renommé pour ses fameuses Torres, son glacier Grey et la concentration de faune et de flore locale. Pour le découvrir, plusieurs options s’offrent à nous :

1. Depuis Puerto Natales, nous pouvons réserver une excursion en bus, qui nous emmène au parc, à 100 km au nord, puis randonner un ou plusieurs jours, et revenir en bus à Puerto Natales pour récupérer nos vélos et reprendre la route.
2. Monter en vélo jusqu’à l’entrée du parc, laisser les vélos pour randonner et continuer la route.

Comme nous n’avons pas envie de prendre le bus pour aller au nord, puis redescendre, et enfin refaire la même route en vélo, nous décidons d’aller en vélo à l’entrée du parc.

Depuis Puerto Natales, nous rejoignons le petit village de Cerro Castillo, à 60 km au nord, où se déroule un festival de rodéo. Ambiance garantie ! C’est également à Cerro Castillo que nous devons passer la frontière pour rejoindre l’Argentine et notre prochaine destination : El Calafate.

A Cerro Castillo, Chili, nous tombons sur un festival de rodéo !

Le lendemain, l’objectif est de rejoindre en vélo le Refugio Laguna Amarga, à 54 km de Cerro Castillo, d’y camper pour partir randonner une journée dans le parc. Mais le vent est encore contre nous … Après 5 km, nous essayons de faire du stop. En vain, car il y a peu de pick-up qui passent sur cette route. Nous rebroussons donc chemin. De retour à Cerro Castillo, nous trouvons un bus dans l’après-midi qui peut nous emmener nous et nos vélos à l’entrée du parc Laguna Amarga. Nous arrivons donc finalement à l’endroit prévu, mais par un moyen de transport différent 😊

La vue des Torres, au mirador

Après une nuit ventée et pluvieuse, nous nous réveillons à 5h, pour attaquer la longue randonnée qui doit nous mener à la base des fameuses Torres. Du Refugio Laguna Amarga, il y a 1,5 km jusqu’à l’entrée du parc, puis 7,5 km jusqu’au départ de la randonnée. Nous marchons d’un bon pas, sous la pluie et arrivons au départ de la randonnée un peu avant 8h. D’ici, il nous faudra 4h pour arriver à la base des Torres. La pluie a cessé, la randonnée est vraiment très belle. Bien que les Torres soient dans le brouillard lorsque nous arrivons en haut, elles sont vraiment très impressionnantes ! Elles surplombent à pic un lac d’un vert émeraude très profond.
La redescente est plus facile et nous sommes ravis d’avoir fait cette randonnée et de ne pas être passés à côté du parc !

3. Jusqu’à El Calafate : la découverte (éphémère) du vent dans le dos

Fatigués de notre randonnée de 10h dans le parc, nous retournons au camping, récupérons nos vélos et reprenons la route à la recherche d’un lieu pour bivouaquer à proximité. Après 1h de vélo, il est 19h30, et nous installons notre tente au Mirador Lago Sarmiento : nous profitons encore une soirée de la vue sur les Torres du parc.

Le lendemain, après une nuit très agitée à cause du vent, nous effectuons enfin une vraie étape : 79 km dans la journée, aidés partiellement par le vent dans le dos. Nous passons la frontière à Cerro Castillo, et sommes de retour en Argentine. Nous effectuons les 15 derniers km de la journée en 30 minutes, c’est-à-dire à une moyenne de 30 km/h ! Avec même des pointes à 45 km/h ! Nos vélos ont-ils en fait un moteur ?

Pauline, au bord de la route, en Patagonie
Un guanaco, aux abords du parc Torres del Paine, Chili
Bienvenue en Argentine :)
Un renard austral, croisé au bord du chemin

Nous dormons dans un hôtel abandonné, où 7 autres cyclistes ont déjà trouvé refuge pour la nuit. Ils voyagent tous dans l’autre sens et nous préviennent : demain, nous aurons 65 km de mauvais ripio à parcourir. Mais nous devrions avoir le vent dans le dos ! Car ils ont tous eu le vent de face et ont l’air épuisés, vraiment épuisés … Ca y est, la roue tourne ! On imagine les têtes qu’on faisait les jours où on roulait vent de face …

Avant d’attaquer le ripio, nous profitons encore de 15 km d’asphalte, que nous parcourons encore en 30 minutes. C’est génial ! Le ripio est effectivement en mauvais état et même avec le vent dans le dos, nous avançons à une vitesse de 12 km/h. Ca secoue et le contenu de nos sacoches est littéralement retourné ! Le vent est vraiment très fort et il n’y a aucun abri sur la route pour notre pause déjeuner. Nous ne pouvons donc pas cuisiner et faisons un repas express de cookies et de fruits secs … Le ripio s’améliore sur les 25 derniers km, nous rejoignons la route asphaltée après une étape de 80 km : encore une vraie étape aujourd’hui ! Nous trouvons à planter notre tente à l’abri d’un hangar de l’administration de la voirie provinciale (AGVP), où se trouvent déjà 2 couples de cyclistes : 2 brésiliens et 2 américains, qui nous donnent beaucoup d’informations sur la route à venir.

Simon, sur la route, en quittant Puerto Natales, Chili
Le ripio, avec le vent dans le dos, yeah !
Des nandous, sorte de petites autruches, près de Puerto Natales, en Patagonie chilienne

Il nous reste 95 km pour rejoindre El Calafate, nous prévoyons de les parcourir en 2 jours car le vent redevient défavorable sur cette portion. Finalement, le lendemain, après 20 km, nous sommes épuisés. Nous poussons les vélos face au vent, nous n’avançons plus … Nous faisons du stop et trouvons un pick-up qui nous emmène directement à El Calafate. Nous sommes bien contents d’être arrivés avec un jour d’avance, nous sommes vraiment épuisés par le vent.

Nous nous reposons 2 jours au camping El Ovejero à El Calafate. Et nous en profitons pour aller voir le fameux glacier Perito Moreno, situé à 80 km de là. On a vraiment besoin d’une pause, donc on fait les touristes, et on y va en bus 😊
Le glacier est vraiment très impressionnant : son front fait environ 60 m de haut et des blocs de glace se détachent en permanence pour tomber dans le lac dans un tonnerre fracassant.

Le très impressionnant glacier Perito Moreno, à 80 km de El Calafate, Argentine

Comme vous pouvez le constater, le vent est toujours contre nous sur cette étape ! D’après les nombreux cyclistes que nous croisons dans l’autre sens, nous devrions en finir avec le vent d’ici El Chalten, à 200 km au nord d’El Calafate. Nous espérons donc que le vent ne sera plus le sujet principal de notre prochain article ! En attendant, croisez encore les doigts pour nous 😊


Les astuces des Increvables Voyageurs

💡