Bilan

L’Argentine à vélo : bilan, bons plans et budget

Paysage d'Argentine, à 3000m, juste après le passage du tunnel du Cristo Redentor

Dans cet article, retrouvez le bilan de notre voyage à vélo en Argentine : les chiffres, nos bons plans et nos coups de cœur, ainsi que notre budget détaillé. Combien de temps faut-il prévoir pour voyager à vélo en Argentine ? Quel itinéraire emprunter et que faut-il ne pas louper ? Combien coûte un voyage à vélo en Argentine ? Suivez-le guide !

1. L’Argentine à vélo : le bilan en chiffres

Combien de temps ?

Nous ne faisons pas de longs arrêts repos/visite en Argentine. Nos journées de repos sont réparties tout au long de la route et nos plus longs arrêts sont : 4 jours à Mendoza, 3 jours à Buenos Aires (en attendant notre vol pour Ushuaïa) et 3 jours à Cafayate.

Combien de kilomètres ?

Faire du stop est facile en Argentine car les Argentins sont nombreux à rouler en pick-up. Nous en profitons donc gagner quelques kilomètres en cas de vent indomptable (281 km), mauvais temps (204 km), fatigue ou maladie.

Quel itinéraire ?

Par simplicité, étant donné que nous avons traversé plusieurs fois la frontière entre l’Argentine et le Chili et que notre itinéraire suit au maximum la Cordillère des Andes, l’itinéraire ci-contre est celui que nous avons réalisé en Argentine ET au Chili.

En Argentine, nous avons principalement roulé dans les régions suivantes :
– Terre de feu (Ushuaïa)
– Patagonie argentine (El Calafate, El Chalten)
– Région des 7 lacs (Bariloche)
– Nord-Ouest argentin (Salta)

Pour mieux voir la carte, avec notre route et nos étapes, vous pouvez cliquer sur le carré en haut à droite !

Combien ça coûte ?

Pour 63 jours de voyage en vélo en Argentine, nous avons dépensé 1988 € à deux, soit 16€ par jour et par personne, répartis comme suit :

✏ Nourriture : 8,4€ par jour et par personne
Comme à notre habitude, nous avons majoritairement cuisiné notre propre nourriture, mais la nourriture reste chère en Argentine, comme au Chili. Nous avons été au restaurant, mais uniquement à de rares occasions car un repas au restaurant (autre qu’un sandwich dans un fast-food) coûte rapidement 15 € par personne.

✏ Logement : 4 € par jour et par personne
Sur les 63 nuits passées en Argentine, nous avons payé un hébergement sur 28 nuits et avons dormi gratuitement 35 nuits, soit à peu près la moitié du temps. Les hébergements payants correspondent à des campings pour 11 nuits et à des lits en dortoir (auberge de jeunesse) pour 17 nuits. Une nuit en camping coûte entre 70 et 120 pesos par personne (soit entre 3 € et 5 € par personne) alors qu’une nuit en dortoir coûte environ 200-250 pesos par personne (soit entre 8 € et 10 €). Nous n’avons payé pour un hébergement que lorsque nous étions dans une ville/village ou lorsque nous étions en pause. Pour le reste, il est assez facile de trouver des lieux de bivouacs en Argentine.

✏ Tourisme/Visite : 1,1€ par jour et par personne, soit 66 € par personne au total
Nos dépenses de visites ne sont pas très élevées en Argentine et correspondent principalement à la visite du glacier Perito Moreno (transport et entrée du parc national), à 80 km d’El Calafate, en Patagonie (1.100 pesos par personne, soit environ 47 € par personne).

✏ Transport : 1,2 € par jour et par personne, soit 76 € par personne au total
Correspond principalement au bateau pour traverser le Lago del Desierto et rejoindre le début de la Carretera Austral depuis El Chalten (700 pesos par personne, soit environ 30 € par personne) et au taxi pour rejoindre le centre ville de Buenos Aires depuis l’aéroport avec nos vélos emballés (700 pesos par personne, soit environ 30 € par personne).

✏  Matériel : 104 € au total pour deux
Correspond principalement à l’achat de deux chaînes de vélo neuves (52 €) et à l’achat d’un matelas en mousse pour pallier à la crevaison de notre matelas gonflable (23 €).

2. Nos coups de cœur et nos meilleures routes

La Quebrada de las Conchas, au nord de Cafayate (à retrouver dans cet article)

Au nord de Cafayate, se trouve un très beau canyon, aux couleurs rougeoyantes et aux formes particulières. Sur une trentaine de kilomètre, les montagnes se dévoilent à chaque virage et les yeux ne savent plus où se fixer. Une très belle portion de route et une synthèse du Nord-Ouest argentin dans toute sa splendeur.

Paysage de la Quebrada de las Conchas, après Cafayate, avec des montagnes colorées
Le vélo de Simon, dans la Quebrada de las Conchas, au nord de Cafayate, Argentine
Pauline qui roule dans la Quebrada de las Conchas, au nord de Cafayate

La belle ville de Salta (à retrouver dans cet article)

Salta la linda (=la belle), comme l’appellent les Argentins, serait la plus belle ville d’Argentine. Et effectivement, elle n’a pas failli à sa réputation. Chaque rue du centre historique regorge de belles façades colorées et les multiples églises ponctuent la belle citée coloniale. Dans un autre genre, Salta abrite le MAAM (Musée Archéologique de Haute Montagne) qui expose les momies du Llullaillaco, datant de l’époque inca : une découverte extrêmement intéressante.

Salta compte vraiment de belles églises, comme l'église San Franciso
La place centrale de Salta, avec ses palmier
La cathédrale de Salta, de nuit

♥ La traversée des Andes par le Paso de Jama (à retrouver dans cet article)

Depuis le village de Purmamarca et ses montagnes aux milles couleurs, nous avons traversé la Cordillère des Andes par le Paso de Jama pour rejoindre San Pedro de Atacama au Chili. Une vraie expédition à travers des paysages splendides, désertiques et à des altitudes qui nous paraissaient surréalistes à l’époque (7 cols entre 3.900 m et 4.800 m d’altitude).

Paso de Jama - Pauline et Adrian
Paysage de saline, Paso de Jama, entre Susques et Jama, Argentine
Nous roulons sur le territoire des vigognes !
Les lacets de la Cuesta de Lipan, qui mène à notre premier col au dessus de 4.000m

Le parc national Lanin avec son volcan au milieu des araucarias (à retrouver dans cet article)

Le volcan Lanin (3.747 m d’altitude) se situe à la frontière entre l’Argentine et le Chili, au nord de la Patagonie. Très impressionnant de par sa forme presque parfaitement conique, il surplombe largement les environs et ses cimes enneigées sont visibles de très loin. Le parc national Lanin en Argentine est aussi une grande réserve d’araucarias, cet arbre majestueux à l’allure de sapin mais aux branches recouvertes d’écailles triangulaires, que l’on appelle parfois « désespoir des singes ».

Le volcan Lanin (3.747 m) et sa cime enneigée, Agentine
Le volcan Lanin au milieu des araucarias, dans le parc national Lanin, Argentine

3. Nos bonnes adresses

Les bons plans dodo

Camping El Rafa à Cafayate : le repère des cyclistes à Cafayate. Très bon accueil de Rafa. Sanitaires basiques mais douche chaude. Possibilité de faire un barbecue.
70 pesos/personne | Accès à la cuisine | Wifi

– Bivouac Hosteria Petrel, cabanes abandonnées au bord du Lago Escondido, 50km après Ushuaïa : au bord d’un lac, un ancien complexe hôtelier fait de petites cabanes a été abandonné. Certaines cabanes sont en mauvais état, mais d’autres sont encore tout à fait habitables. L’avant-dernière semble être celle en meilleure état (toit, fenêtre et porte qui ferme). Il y a même de quoi faire un barbecue dehors et un poêle à l’intérieur. Une bonne nuit bien au chaud et à l’abris du vent 😊
Gratuit | À 4 km de la route principale, entre Tolhuin et Ushuaïa | Coordonnées GPS : -54.682387, -67.814817

– Panaderia La Union à Tolhuin : cette boulangerie semble être le centre névralgique du petit village de Tolhuin et le patron, qui aime voyager, est toujours prêt à aider les voyageurs de passage. Une chambre à disposition avec 3 lits ou un sous-sol où mettre son matelas. Un lieu à ne pas manquer !
Gratuit | Wifi dans la boulangerie | Distributeur d’eau chaude gratuite dans la boulangerie

Bivouac au bord du Lago del Desierto, entre El Chalten et le passage frontière pour le Chili : avant le difficile passage de frontière vers le Chili et le début de la Carretera Austral, ce spot de bivouac tombe à pic. Au bord d’un lac avec vue sur le Fitz Roy, tranquillité garantie !
Gratuit | Coordonnées GPS : -48.999557, -72.837672

Les bons plans miam

– Panaderia La Union à Tolhuin : cf. ci-dessus. En plus de pouvoir dormir à l’oeil dans la boulangerie, il est aussi possible de se régaler de bonnes viennoiseries (facturas). Elles sont réellement délicieuses, bien craquantes à l’extérieur et moelleuses à l’intérieur. Les meilleures sont bien sûr au dulce de leche 😉 On a eu du mal à les égaler à la suite de notre voyage…
Astuce du cycliste fauché : le matin à l’ouverture, il est possible de récupérer les facturas de la veille gratuitement.

Boulangerie Panificadora à Esquel : les facturas de cette boulangerie égalent presque celles de la Panaderia de Tolhuin. Et comme nous venions juste de repasser en Argentine après avoir remonté la Carretera Austral au Chili, où l’approvisionnement était plus que compliqué (…), nous étions vraiment contents de trouver cette boulangerie !

– Les glaces de chez Grido à Salta : Grido est une chaîne, présente à peu près partout en Argentine, mais nous nous sommes vraiment régalés de ses glaces à Salta. Enfin nous pouvons même dire que nous en avons abusé… à coups de pot de 500g ! Partagé à deux quand même 😉
75 pesos le pot de 500g (3 parfums)

– Brasserie Manush à Bariloche : de la bière artisanale très bonne et de bons burgers pour caler l’appétit d’un cyclistes. Le lieu est très sympa mais a tendance à se remplir assez vite en soirée.
Happy hour tous les jours de 17h30 à 20h : 50 pesos la pinte | Environ 200 pesos le burger

– Les empanadas de la Casa de las Empanadas à Cafayate : des combinaisons de saveurs inédites, dont de nombreuses végétariennes pour changer des empanadas classiques de carne et de pollo. En plus, elles sont cuites au feu de bois.
180 pesos les 12 | Sur place ou à emporter (15-20 minutes d’attente)

Nos belles montures, face à l'océan
Terre de feu - Bivouac au Cabo Auricosta
Paysage de la Terre de Feu

4. Astuces diverses

Argent/banque

En Argentine, la monnaie est le peso argentin. Début 2018, 1€ = 24 pesos. Courant 2018, le peso argentin a subi une dévaluation de l’ordre de 30% et à fin 2018, le cours du peso argentin est plus proche de 1€ = 40 pesos. Comme nous avons réalisé tout notre voyage avant cette crise, les prix en pesos que nous utilisons dans cet article ne sont certainement plus à jour à l’heure d’aujourd’hui.

Lors de notre voyage, nous n’avons trouvé aucune banque en Argentine avec laquelle il était possible de retirer sans frais. La limite de retrait est souvent faible (environ 3 000 pesos, soit environ 140 €) et les frais fixes de retrait sont généralement autour de 200 pesos (soit environ 9 €), ce qui n’est pas négligeable.

Une autre solution pour obtenir des espèces à moindre frais en Argentine consiste à utiliser le système de transfert Azimo. Nous l’avons découvert vers la fin de notre voyage en Argentine et ne nous en sommes pas servi. Cependant, nos amis Hugo et Alix ont utilisé ce service et en sont très contents ! Les deux premiers transferts sont gratuits et les frais des transferts suivants sont beaucoup moins prohibitifs que ceux pratiqués par les banques locales.

Climat/saison

Etant donné que l’Argentine est le deuxième plus grand pays d’Amérique du Sud après le Brésil, s’étendant sur 34 parallèles (de la latitude 21 au nord à la latitude 55 au sud), son climat est très variable selon les régions.

En Patagonie par exemple, le climat est très rude et la fenêtre météo pour parcourir la Patagonie à vélo dans les meilleurs conditions est assez réduite : globalement, les mois les plus propices sont décembre-janvier-février, soit l’été austral.

Au centre du pays (Mendoza), le climat est plus tempéré, avec des saisons marquées mais qui sont assez comparables à ce que nous observons en France. Les saisons les plus propices au voyage à vélo dans cette saison sont donc l’été (décembre-janvier-février), le début de l’automne (mars-avril) et le printemps (octobre-novembre).

Le climat du Nord-Ouest argentin est très différent : les températures y sont globalement assez stables toute l’année, seule la pluviométrie définit les saisons. Si possible, il faut donc préférer la saison sèche, c’est-à-dire d’avril à novembre.

Eau potable

En Argentine, l’eau du robinet est potable. Nous avons uniquement filtré l’eau que nous prenions dans les rivières si elle ne paraissait pas suffisamment propre pour être bu telle quelle.

Le lac Nahual Huapi, proche de Bariloche, Argentine
Passage du col du massif du massif du mont Belgrano, Pauline attaque la descente !

5. L’Argentine à vélo, notre avis général

Lors de notre voyage à vélo en Amérique du Sud, nous avons beaucoup alterné entre Chili et Argentine pour remonter en direction du nord. Nous avons donc parcouru seulement quelques régions de ce vaste pays et ne pouvons pas nous vanter de connaître ce pays comme notre poche !

Nous avons cependant beaucoup aimé notre itinéraire à vélo en Argentine car nous avons pu découvrir des régions et des paysages très diversifiés. Des glaciers de Patagonie, aux canyons colorés du Nord-Ouest en passant par la région viticole du centre, l’Argentine nous en a montré de toutes les couleurs !

La culture argentine est très occidentale, surtout dans les grandes villes avec de fortes influences italiennes et basques notamment. Mais à l’approche de la frontière bolivienne, la culture se fait de plus en plus andine. Chaque région a donc sa propre identité et voyager en vélo en Argentine c’est découvrir plusieurs facettes d’un même pays.

Plus d'articles

2 Commentaires

  • Répondre
    Mehdi
    15 janvier 2019 le 3 h 24 min

    Un grand merci à vous je prépare un voyage en vélo également vos explications me permettent de mieux préparer mon voyage

    • Répondre
      Pauline & Simon
      15 janvier 2019 le 11 h 44 min

      On est contents que ça serve à d’autres voyageurs 😊

    Répondre