Bilan

Le Chili à vélo : bilan, bons plans et budget

Bienvenue au Chili :)

Dans cet article, retrouvez le bilan de notre voyage à vélo au Chili : les chiffres, nos bons plans et nos coups de cœur, ainsi que notre budget détaillé. Combien de temps faut-il prévoir pour voyager à vélo au Chili ? Quel itinéraire emprunter et que faut-il ne pas louper ? Combien coûte un voyage à vélo au Chili ? Suivez-le guide !

1. Le Chili à vélo : le bilan en chiffres

Combien de temps ?

Nous passons beaucoup de jours de repos à San Pedro de Atacama (7 jours au total), pour essayer de trouver une solution à notre matelas crevé et pour reprendre des forces avant la traversée du Sud-Lipez en Bolivie. Nous passons également 6 jours entre Valparaiso et Santiago, pour visiter. Les autres jours de repos/visite sont répartis tout au long de la route. Les journées de randonnées correspondent à 1 jour dans le parc de Torres del Paine et à 1 jour à Villa Cerro Castillo, sur la Carretera Austral.

Combien de kilomètres ?

Les kilomètres en stop correspondent principalement à des portions où nous avons eu besoin d’un coup de pouce pour gérer le vent de face de Patagonie (224 km).

Quel itinéraire ?

Par simplicité, étant donné que nous avons traversé plusieurs fois la frontière entre l’Argentine et le Chili et que notre itinéraire suit au maximum la Cordillère des Andes, l’itinéraire ci-contre est celui que nous avons réalisé en Argentine ET au Chili.

Au Chili, nous avons principalement roulé dans les régions suivantes :
– Patagonie chilienne et Carretera Austral
– Région centrale et côte pacifique au sud de Valparaiso
– Désert d’Atacama

Pour mieux voir la carte, avec notre route et nos étapes, vous pouvez cliquer sur le carré en haut à droite !

Combien ça coûte ?

Pour 83 jours de voyage en vélo au Chili, nous avons dépensé 2918 € à deux, soit 18€ par jour et par personne, répartis comme suit :

✏  Nourriture : 8,9 € par jour et par personne
Comme à notre habitude, nous avons majoritairement cuisiné notre propre nourriture, mais la nourriture reste chère au Chili. Elle est d’autant plus chère sur la Carretera Austral, où l’approvisionnement est difficile et peu fréquent. Nous avons été au restaurant, mais uniquement à de rares occasions car un repas au restaurant (autre qu’un sandwich dans un fast-food) coûte rapidement 15 € par personne.

✏  Logement : 5 € par jour et par personne
Sur les 83 nuits passées au Chili, nous avons payé un hébergement sur 42 nuits et avons dormi gratuitement 41 nuits, soit à peu près la moitié du temps. Les hébergements payants correspondent à des campings pour 23 nuits et à des lits en dortoir (auberge de jeunesse) pour 19 nuits. Une nuit en camping coûte en moyenne 5.000 CLP par personne (environ 7 €) alors qu’une nuit en dortoir coûte entre 7.000 CLP et 10.000 CLP par personne (soit entre 9 € et 14 €). Nous n’avons payé pour un hébergement que lorsque nous étions dans une ville/village ou lorsque nous étions en pause. Pour le reste, il est assez facile de trouver des lieux de bivouacs au Chili, surtout sur la Carretera Austral.

✏  Tourisme/Visite : 1,7 € par jour et par personne, soit 139 € par personne au total
Correspond principalement à l’excursion à Punta Arenas dans le détroit de Magellan pour aller voir les pingouins et les lions de mer (63.000 CLP par personne, soit environ 87 € par personne).

✏  Transport : 1,3 € par jour et par personne, soit 112 € par personne au total
Correspond principalement au bateau pour traverser le Lago O’Higgins et rejoindre le début de la Carretera Austral depuis El Chalten (36.000 CLP par personne, soit environ 49 € par personne), au bus pour rejoindre l’entrée du parc Torres del Paine (10.000 CLP par personne, soit environ 14 €) et au bus pour rejoindre le Sud-Lipez en Bolivie depuis San Pedro de Atacama (10.000 CLP par personne, soit environ 14 €). Pour le reste, nous n’avons fait aucun long trajet en bus au Chili

✏  Matériel : 80 € au total pour deux
Correspond principalement à l’achat de deux paires de gants de vélo, une chacun, pour un total de 40 €. Le reste correspond à divers pièces de vélo et à des piles neuves pour nos compteurs.

2. Nos coups de cœur et nos meilleures routes

♥ La Carretera Austral (à retrouver dans cet article et cet article)

S’il n’y avait qu’un endroit à retenir de tout notre voyage, ce serait certainement la Carretera Austral au Chili. Cette route, en grande partie piste, qui désenclave la Patagonie chilienne, a tous les atouts pour séduire les voyageurs à la recherche de nature authentique. Les régions traversées sont isolées, éloignées de tout et les paysages y sont vierges. Entre lacs, glaciers et cascades, parcourir la Carretera Austral est une expérience inoubliable !

L'entrée sur le Lago Yelcho, avec la plage, Carretera Austral
Un glacier, sur la Carretera Austral
Paysage sur le chemin de randonnée, qui mène au mirador du Cerro Castillo, Carretera Austral
Le Lago General Carrera, sur la Carretera Austral

♥ Pucon et sa région, entre lacs et volcans (à retrouver dans cet article)

La station balnéaire de Pucon, située au bord du lac Villarica, est surplombée par le volcan Villarica, encore actif. Il y a comme des petits airs d’Annecy à Pucon, avec une touche volcanique ! Il y règne une atmosphère agréable, paisible et reposante. Un endroit parfait pour se ressourcer 🙂

Le volcan Villarica, qui surplombe le lac du même nom, au Chili
Le lac Villarrica, à Villarrica
Un panneau qui montre la voie d'évacuation en cas d’éruption du volcan Villarrica, un des volcans les plus actifs du Chili
Au bord du lac Villarrica, à Pucon, Chili

♥ Valparaiso, la ville du street-art (à retrouver dans cet article)

Valparaiso, ville de la côte pacifique, s’étend sur un ensemble de 45 collines. A l’origine, la ville était uniquement le port de Santiago, à une centaine de kilomètres dans les terres. Le développement du street-art fait de Valparaiso une ville où la culture bouillonne et où la vie de quartier anime tranquillement chaque cerro (= colline). Ses milles ruelles se prêtent volontiers à la flânerie et son climat doux en font une bonne étape pour mêler culture et repos.

Vue sur les collines colorées de Valparaiso
Mural géant de Un Kolor Distinto, à Valparaiso
Mural d'un sage à Valparaiso
Mural sur un escalier, à Valparaiso

♥ Le désert d’Atacama (à retrouver dans cet article)

En traversant la Cordillère des Andes depuis le Nord-Ouest argentin par le Paso de Jama, nous arrivons au Chili dans le désert d’Atacama. Ce désert, le plus aride du monde paraît-il, regorge de paysages splendides, qui nous étaient inconnus jusqu’ici. Du sable et des cailloux à perte de vue, des lagunes salés et des formations rocheuses lunaires constituent le désert d’Atacama. Aucun habitant, à part les belles vigognes : une impression d’être seuls au monde …

Le volcan Licancabur, vu depuis la Vallée de la Lune, San Pedro de Atacama, Chili
Simon dans le désert d'Atacama
Paysage du désert d'Atacama, après la frontière du Paso de Jama

3. Nos bonnes adresses

Les bons plans dodo

Camping/Auberge Casa del Sol Naciente à San Pedro de Atacama : le repère des cyclistes à San Pedro de Atacama. Certes, les tentes s’entassent un peu les unes sur les autres et le terrain est poussiéreux (San Pedro reste une ville dans le désert…), mais l’ambiance y est très familiale, le tout bien tenu et c’est le camping le moins cher de la ville !
5000 CLP/personne en camping | accès à la cuisine | Wifi

– Bivouac au bord du lago Yelcho sur la Carretera Austral, l’un de nos plus beaux bivouacs. Possibilité de faire du feu sur la plage, de se baigner dans le lac, … Le tout avec une très belle vue sur les montagnes.
Gratuit | Sur la piste entre Villa Santa Lucia et Futaleufu | Coordonnées GPS : -43.420747,-72.231181

Camping/Auberge El Mosco à Villa O’Higgins : une vraie bonne adresse cocooning après l’épreuve venteuse du sud de la Patagonie. Le bâtiment ressemble à un grand chalet et la salle commune tout en bois réchauffe les âmes frigorifiées. Il y a également une grande cuisine à disposition.
6.000 CLP/personne en camping | accès à la cuisine | Wifi | Laverie (payante) ou possibilité de laver son linge à la main (bassines à disposition)

Camping/Auberge Rio Tyndal à Puerto Natales : c’est plus une auberge avec un petit coin de gazon qu’un camping, mais c’est souvent suffisant pour des cyclistes en perdition. La ville est assez touristique et à 5.000 CLP par personne en tente, c’est certainement l’un des plans les moins chers pour dormir à Puerto Natales. La propreté laisse parfois a désirer mais l’ambiance est très familiale et il y a une cuisine à disposition (avec un four et un moule à gâteau !).
5.000 CLP/personne en camping | accès à la cuisine | Wifi | Laverie (payante) 

Casa del Ciclista de San Antonio (au sud de Valparaiso) : notre meilleure Casa de Ciclista d’Amérique du Sud ! C’est en réalité une association de promotion du vélo dans la ville de San Antonio, qui possède un local et qui le met à disposition des voyageurs de passage. Les responsables de l’association, Felipe et Cesar, sont ravis d’aider des cyclistes et ont plein d’histoires à raconter. Il faut juste ne pas oublier de s’occuper de Peron, le chien 😉
Gratuit | Lits (3) à disposition | Cuisine | Pas de douche | Prévenir en avance pour ne pas trouver porte close (Facebook ou Warmshowers)

Les bons plans miam

– La Casa Tropera, brasserie à Coyhaique : la bière artisanale est bonne et il est possible d’avoir un « plateau dégustation » gratuitement avant de faire son choix. Mais surtout, les burgers sont excellents (végétariens également) ! En prime, le lieu est assez sympa, la brasserie est installé dans un ancien container aménagé. Si les prix n’étaient pas aussi élevés, sûr que nous y serions retournés plus d’une fois 🙂
Burgers : entre 5.000 CLP et 6.000 CLP | Grande bière : entre 2.500 CLP et 3.000 CLP

Pizzeria El Charrua à San Pedro de Atacama : difficile de trouver une bonne pizza en Amérique du Sud … mais les pizzas de cette pizzeria ne sont pas mal du tout. La pâte est fine et les ingrédients bien dosés.
Environ 10.000 CLP la pizza pour 2 (selon la recette), possibilité de choisir 2 recettes sur une pizza (moitié-moitié)

– Pause café Donde Arturo sur la Carretera Austral, entre Villa O’Higgins et Cochrane : rien d’exceptionnel en soi mais la localisation fait que cet endroit est tout simplement merveilleux pour qui parcourt la Carretera Austral à vélo. Dans une petite ferme au bord de la route (ce qui est déjà assez rare pour être souligné !), une petite mamie sert du café avec du pain maison et de la confiture maison aux cyclistes affamés de passage.
1.000 CLP pour un café, 3 petits pains, de la confiture et une discussion avec une mamie chilienne | Coordonnées GPS : -47.547235,-72.860775

– La boulangerie française Franchuteria à San Pedro de Atacama : les prix sont assez élevés, mais de très gros et très bons pains au chocolat, qui remontent bien le moral des troupes après le paso de Jama ! Un vrai petit goût de France, en plein désert d’Atacama 🙂
1.500 CLP pour un (très) grand pain au chocolat | 2.500CLP pour un (très) grand croissant salé | 1.200 CLP pour une baguette

La belle plage de Tomé, au nord de Concepcion
Des bâteaux de pêche, sur la côte chilienne
A Tomé, les lions de mer sont juste au bout de la jetée !

4. Astuces diverses

Argent/banque

Au Chili, la monnaie est le peso chilien. En 2018, 1€ = 750 pesos.
La ScotiaBank est la seule banque avec laquelle nous avons pu retirer sans frais. Elle n’est cependant présente que dans les grandes villes …

Climat/saison

Le Chili étant un pays qui s’étend sur 39 parallèles (de la latitude 17 au nord à la latitude 56 au sud), son climat est très variable selon les régions.

En Patagonie par exemple, le climat est très rude et la fenêtre météo pour parcourir la Patagonie à vélo dans les meilleurs conditions est assez réduite : globalement, les mois les plus propices sont décembre-janvier-février, soit l’été austral.

Au centre du pays (Valparaiso/Santiago), le climat est plus tempéré et l’influence de l’Océan fait que les températures restent très douces tout au long de l’année. L’hiver (juin-août) concentrerait la majorité des pluies et il serait donc préférable de parcourir la région en vélo pendant les autres mois de l’année.

Le climat du nord (désert d’Atacama) est très différent : les mois d’hiver (juin-août) sont les plus froids (surtout la nuit en altitude !) mais les plus secs, les mois d’été sont plus chauds mais plus pluvieux.

Eau potable

Au Chili, l’eau du robinet est potable. Sur la Carretera Austral, l’eau des petits ruisseaux qui descendent directement des glaciers est délicieuse et potable telle quelle. Nous avons uniquement filtré l’eau des ruisseaux en cas de doute.

Les maisons de pêcheurs, Porvenir, Chili
Tous à l'eau !
Un guanaco, aux abords du parc Torres del Paine, Chili

5. Le Chili à vélo, notre avis général

Le Chili est un long pays qui offre une très grande diversité de paysages. Nous retiendrons surtout de notre passage au Chili la très belle Carretera Austral, qui est certainement la plus belle route que nous avons parcouru du voyage, très représentative de la Patagonie sauvage. La douceur de vivre de la côte et les paysages désertiques du Nord nous ont aussi séduit.

Bien que le Chili soit parmi les pays d’Amérique du Sud les plus développé, c’est certainement le pays avec les inégalités les plus fortes entre ceux qui habitent la capitale et ceux qui sont perdus dans des régions isolées. Quoi qu’il en soit, nous avons adoré notre voyage en vélo au Chili.

Plus d'articles

4 Commentaires

  • Répondre
    Rémi Tremblay
    2 janvier 2019 le 13 h 48 min

    Salut Pauline et Simon,
    Le 19 janvier je pars faire la Carretera Austral en vélo naturellement. Comme je fais la route à partir de Santiago, je me demande comment faire pour le retour de la ville de O’higgins, est-ce que l’avion est possible vers Santiago. Merci !

    • Répondre
      Pauline & Simon
      2 janvier 2019 le 14 h 24 min

      Salut Rémi,
      Villa O’Higgins c’est vraiment le bout du monde ! De mémoire il n’y a qu’un ou 2 bus par semaine qui remonte vers Cochrane. Et de là, je ne suis pas sûre que ce soit très facile pour retourner à Santiago… et dans tous les cas, l’état des pistes ne permet pas aux bus d’aller bien vite ! Une autre solution serait de faire la belle et mythique traversée vers El Chalten, puis de reprendre un bus côte argentin (ca roule mieux !) pour remonter 🙂
      Dans tous les cas, c’est un très beau voyage que tu vas faire ! 😉

      • Répondre
        Rémi Tremblay
        2 janvier 2019 le 14 h 54 min

        Merci, pour les renseignements…je vais faire comme d’habitude et faire confiance en la vie😀

  • Répondre
    Mehdi
    15 janvier 2019 le 3 h 46 min

    Bonjour à vous Pauline et Simon est-il possible de prendre contact avec vous par e-mail car j’aurais beaucoup de questions à vous posé
    J’envisage de visiter l’argentine est j’aimerais préparé aux mieux mon périple
    Merci d’avance pour l’attention que vous porteraient à mon message

  • Répondre